Culture musicale,  Histoire d'objet

Une anche pour articuler la musique

En bois, en métal et même en plastique, la anche fait partie de ces petits objets indispensables à beaucoup de musiciens. De l’accordéoniste au clarinettiste en passant par le biniaouer breton, elle est primordiale pour de nombreux instruments.

Mais qui est-elle au juste ?

Qu’est-ce qu’une anche ?

De manière très simple, la anche est une lamelle mise en vibration par un souffle d’air qui permet la formation d’un son. C’est le principe que vous utilisez sans le savoir en faisant siffler un brin d’herbe. Et oui, sans le savoir nous sommes tous musiciens !

Mais parler de la anche est réducteur tellement il en existe de sortes. On peut les classer de différentes manières : matière, mise en vibration et par butée.

Les différentes mise en vibrations

Sous cette appellation un peu barbare se cache, comme bien souvent, quelque chose de très simple. Nous allons nous intéresser au procédé mis en place pour faire vibrer la anche.

Le premier qui vient à l’esprit est la mise en vibration par le souffle du musicien. C’est le cas pour la clarinette, le saxophone ou encore le hautbois. Le musicien souffle directement sur la anche, ce qui la met en vibration directement. Ensuite l’instrument sert de colonne d’air plus ou moins longue, permettant la modulation du son et la création des notes.

Mais le musicien peut ne pas souffler directement. Je suis sûre que vous connaissez au moins un instrument qui utilise le second procédé : la poche d’air. Imaginez une cornemuse. Le sonneur remplit la poche et celle-ci fait ensuite vibrer les différents bourdons ainsi que le chalumeau.

Enfin, la soufflerie peut être mécanique. Pour illustrer ce cas, imaginez un accordéoniste. En ouvrant et fermant son instrument il envoie de l’air mettant en vibration les différents anches actionnées.

Même mises en vibration de la même manière, deux anches peuvent avoir un fonctionnement différent.

L’anche libre

Comme son nom l’indique, la anche libre vibre sans buter . Pour cela elle est fixée à l’aide de rivets ou de vis à un support métallique.

Pour faire simple, prenez un harmonica. Les anches son fixées chacune dans une fenêtre. Lorsque l’on souffle dans ces dernières la anche est mise en vibration et rien ne va venir la contrarier (pas de butée). C’est pourquoi on la dit libre.

L’anche battante

Contrairement à l’anche libre, le mouvement de l’anche battante va être interrompu par une butée. Il en existe deux sortes : l’anche simple et la double.

L’anche simple

Souvent en roseau , l’anche simple est utilisée par les clarinettistes et les saxophonistes. Elle est attachée au bec de l’instrument grâce à une ligature. Lorsque le musicien va souffler, l’anche va battre contre le bec.

Ici les anches seront classées par dureté et devront être adaptées au bec de l’instrument ainsi qu’au souffle du musicien. Les anches en roseaux vont aussi être sensibles aux conditions atmosphériques. C’est pourquoi des nouvelles anches sont créées, notamment en plastique ou en fibre et résine. En plus d’être moins sensibles à la météo, leur longévité est plus importante. Attention, leur son diffèrent de celui obtenu par le roseau, c’est pourquoi chaque musicien choisira ce qui lui convient le mieux.

L’anche double

Préparée par le musicien, l’anche double est formée de deux lamelles de roseaux ligaturées entre elles sur un tube. Les lamelles sont ensuite grattées pour obtenir la dureté idéale.

Cette fois-ci les deux anches battent l’une contre l’autre lorsque le musicien souffle. On retrouve ces anches notamment au hautbois ou à la bombarde.

Comme pour l’archet dont nous avions parlé ici, on peut voir que l’anche est un élément fondamental pour un son de qualité que nous avons tendance à oublier. Si vous avez aimé (re)découvrir ces “accessoires” musicaux, dites-le nous en commentaire.

Musicalement

Partager l'article
  • 3
  •  
  •  
  •  
    3
    Partages
  •  
    3
    Partages
  • 3
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *