Culture musicale,  Sites conseillés

Un violoncelle pour ma fille

Au départ je ne voulais pas du tout vous parler de ça aujourd’hui, mais lors de mes recherches je suis tombée sur un article passionnant et j’ai eu envie de le partager avec vous.

Lorsque l’on regarde les classes de musique, on remarque bien souvent une sexualisation des pupitres. Des classes de flûtes presque entièrement féminines, des pupitres de percussions qui fleurent la testostérone.

Mais pourquoi est-ce que des instruments vont être considérés comme féminins et d’autres masculins ?

Soyons honnêtes, je ne compte pas ici vous réécrire l’article que j’ai lu, juste vous donner envie de le lire avec quelques arguments proposés par la journaliste.

Choix de l’instrument : une question de taille ?

Une des premières choses que l’on peut voir dans un orchestre est la distribution des instruments proportionnelle au gabarit des musiciens. La flûte, légère, dans les mains fragiles des musiciennes. Le tuba, massif, porté fièrement par un homme viril.

L’homme est ainsi toujours mis en avant pour sa force. Mais qu’en serait-il s’il choisissait pour une fois la délicatesse de la flûte traversière ? Perdrait-il de sa virilité ?

Une femme n’aurait-elle pas le souffle et la carrure nécessaire pour jouer du trombone ?

Une question de sonorité ?

Le deuxième argument que je voudrais vous partager est le rapport entre la sonorité de l’instrument choisi et la voix du musicien.

Encore une fois les femmes sont orientées vers des pupitres aux sons aigus comme le hautbois alors que les hommes se dirigeront vers la contrebasse.

Cela amène à des contradictions flagrantes. En effet, lorsque l’on parle de harpiste nous imaginons tout de suite la jeune fille fragile. Et oui, le son cristallin de cet instrument nous inspire la fragilité et la sensualité, pourquoi y mettre un gros bonhomme ? Alors qu’il faut une force considérable pour actionner les pédales, les doigts sont abîmés par les cordes. Bref, tout le contraire de l’image fragile.

Une question de tabou ?

Nous y voilà ! Et oui, dans notre histoire nous sommes passés par l’époque où les femmes devaient être discrètes, décentes aux yeux des hommes. Alors que dire de tous ces instruments qui nécessitent de mettre un bec dans la bouche du musicien ? ? Et oui, pas de clarinette pour les femmes, c’est trop sexualisé, mieux lui vaut la flûte et sa pose délicate.

Aussi, la musicienne se verra interdire les instruments lui déformant le visage telle que la trompette ou le hautbois. Bien sûr, elle est là comme un élément de décor. Pas encore de Picasso à l’époque.

Enfin, il est un instrument impensable pour une jeune fille (et il me tient particulièrement à coeur !) : le violoncelle ! Et oui, comment une femme pourrait oser mettre un tel instrument entre ses jambes écartées ? Je vous partage la citation de Hermann Scherchen : «Mademoiselle, le bon dieu vous a donné le merveilleux instrument que vous avez entre les jambes pour envoyer les hommes au ciel et non pas pour le gratter.» Vous avez dit classe ?

Ce n’est qu’un aperçu de cet article passionnant écrit par Aliette de Laleu, que je vous invite à découvrir : Musique : malheureusement, les instruments ont un sexe.

Et vous, comment avez-vous choisi votre instrument ? Vous sentez-vous concerné par la sexualisation des instruments ? Partagez votre histoire en commentaire.

Partager l'article
  • 5
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *