Clarinette,  Famille

Souvenirs de musique

En temps que musiciens nous avons tous quelque chose qui nous motive : jouer ensemble, avoir une technique irréprochable, s’évader, partager et j’en oublie forcément.

Comme toute passionnée, j’ai eu la chance de vivre des moments magiques qui resteront toujours gravés dans ma mémoire. J’ai choisi aujourd’hui de les partager avec vous.

Souvenirs de musique

Le public

Quand j’ai appris la musique, on nous parlait surtout des examens. On travaillait pour ça, pour un jury.

Il faut savoir que dans la cour de l’école de musique il y avait un bâtiment à part qui appartenait à l’IME et était prêté pour les cours de clarinette.

Je me souviens un jour, pendant mon cours de clarinette, un jeune homme de l’institut est entré alors que je jouais. Il a attendu que je finisse pour me dire que c’était joli. C’était pour moi un moment très gratifiant, il n’était pas obligé de m’écouter, contrairement à un jury qui est là pour ça.

C’était la première fois que je ressentais le plaisir d’être écouté. Très timide, jouer devant les autres était compliqué. Surtout que c’était pour des examens, ou même les auditions. Toujours cette impression d’être plus jugée qu’écoutée.

Mais ce garçon, qui aurait pû partir aussi vite qu’il était venu, avait pris le temps de m’écouter. Alors oui, il n’a pas l’oreille d’un expert. Mais pour qui voulons-nous jouer ? Pour ma part, c’est pour le bonheur des gens, pas pour la reconnaissance des savants.

Le partage

Il y a 10 ans maintenant, j’ai eu la chance de participer à un merveilleux projet. C’était avec l’ensemble de clarinettes dont je faisais partie à l’époque.

Je me souviens bien de cette journée. Il faisait froid, comme un mois de décembre en Picardie. Nous sommes allés jouer dans le service pédiatrique de l’hôpital d’Amiens.

D’abord les enfants pouvant se déplacer avaient été réunis dans une salle pour un petit concert.

Ensuite nous avons bougé dans le service afin que tous les enfants puissent, s’ils le voulaient, avoir un peu de musique.

Je me souviens des sourires de ces enfants, mais aussi de celui de leurs parents. Je ne sais pas ce que nous leur avons apporté ce jour là, peut être un moment d’évasion, une minute de répit loin du bruit des machines.

C’était un moment unique pour moi. La musique était jusque là un plaisir ou un travail. Ce jour là c’est devenu un véritable partage.

Aussi c’est extrêmement gratifiant de voir le plaisir que l’on peut apporter, le bonheur dans le regard de ces enfants.

L’ensemble

J’ai commencé la musique à 7 ans environ, bien qu’à la maison il y ait toujours eu de la musique. Je suis quatrième, mon premier frère a 5 ans de plus que moi et a commencé au même âge, mon père a offert à ma mère un piano en guise de bague de fiançailles ! Autrement dit j’ai toujours baigné dedans.

Je me souviens, comme ma fille, m’être amusée sur le piano de ma mère avant de commencer la musique en école.

Ensuite j’ai appris la clarinette et très vite j’ai rêvé d’intégrer l’orchestre de mon école. Pour moi c’était le meilleur endroit pour jouer. Il est vrai que c’est un excellent orchestre mais en plus c’était celui où allaient les grands, ceux qui étaient forts.

Alors ma première répétition dans cet orchestre a été un moment grandiose pour moi ! En effet, il fallait au moins le brevet (examen de la septième année de musique) pour pouvoir y entrer. Autant dire qu’il fallait être patient !

Bien que, pour des raisons personnelles, je n’y sois pas restée longtemps, ce sont de supers souvenirs. Grâce à eux j’ai fait un échange d’un week-end en Allemagne, une semaine en Suisse et j’ai participé à un concours d’orchestre à Strasbourg ! Que de beaux souvenirs.

Ces trois souvenirs représentent ce que j’aime dans la musique : jouer pour tous et avec tous, apporter du bonheur aux gens le temps d’un morceau, partager des moments avec d’autres musiciens. J’espère pouvoir vivre encore plein de moments formidables grâce à la musique.

Et vous, qu’est-ce qui vous donne envie de jouer ? Partager vos histoires en commentaire.

Musicalement

Partager l'article
  • 5
  •  
  •  
  •  
    5
    Partages
  •  
    5
    Partages
  • 5
  •  
  •  
  •  

Un commentaire

  • noobgeek

    Coucou chère hôtesse,

    Fut un temps, j’adorais jouer, c’est le seul plaisir que j’avais, c’était un moyen d’échapper à la pression des études, celle d’une société où le seul mot d’ordre est réussite sociale.

    Je voyais dans cette pratique une preuve de mon intégration sociale, une appartenance à une caste élitiste, même si je ne faisais “que” de la musique pop, je me sentais exister, reconnu… Puis tout a changé…

    maintenant, je ne sais pas pourquoi je joue, peut être juste pour montrer que je sais faire quelques petits trucs, mais surtout, sans doutes, pour partager un moment de communication non verbale, le plus souvent avec des inconnus, histoire qu’ils ne puissent pas me reprocher quoique ce soit plus tard, j’ai vécu trop de trahisons dans ce milieu…

    Maintenant, à contrario de mes amoures, je ne vis que des histoires sans lendemains. Dans des jam sessions, dans des harmonies, avec des inconnus rencontrés sur le net, tout cela plus souvent que seul où avec des personnes que je connais ou apprécie… Même si ces occasions sont rares, j’aime à en profiter sur le moment, sans questions, sans à priori, sans attentes !

    Un petit exemple : il y a un an et quelques : [urlvideo]https://www.youtube.com/watch?v=4dwIMEWUx1U[/urlvideo]

    J’ai laissé de côté et perdu certaines choses à manquer de pratique, mais j’ai encore gagné en liberté d’expression et en plaisir quand ça m’arrive, et ça, ça vaut tout l’or du monde !

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *