Apprendre,  Éveil musical,  Partitions

Motivé pour travailler

La musique c’est passionnant. Apprendre un instrument de musique apporte beaucoup : travail des doigts, de la mémoire, du rythme, et j’en oublie. Les effets sur le cerveau ne sont plus à prouver. À tout ça on peut aussi ajouter les rencontres, le partage, que nous apporte la pratique de la musique.

Oui, mais il n’est pas toujours facile de rester motivé. Travail des partitions, répétitions régulières ou études pour les cours, parfois on peut avoir juste envie de lâcher. Surtout au commencement, quand on ne voit pas le fruit de nos efforts.

Alors comment rester motivé ?

Image par Gerd Altmann de Pixabay

Pour rester motivé : bien choisir son instrument

Ça peut paraître évident pour certains, ça le sera beaucoup moins pour d’autres. Cela dépendra aussi de l’âge auquel vous débuter. Je m’explique.

En tant qu’adulte, vous allez réfléchir (enfin j’espère) avant de commencer l’étude d’un instrument. Qu’est-ce qui vous plairait ? Dans quel but vous apprenez ? Vous prenez le temps, ou alors êtes poussé par une envie qui dure depuis des années.

Pour un enfant c’est plus difficile. D’abord, à 7/8 ans, il ne connaît pas encore beaucoup d’instruments. Cela dépendra du milieu d’où il vient et aussi de la musique qu’il écoute avec ses parents. Il sera plus facile pour lui de s’orienter vers le piano ou la guitare qu’il connaît, normal. Pour palier à ce problème il y a l’éveil musical. Là, l’enfant découvre les instruments et les styles de musique, ce qui lui permet d’avoir un choix plus large.

Attention ! Parents, pensez que ce n’est pas vous qui allez devoir travailler. Alors oui, vous avez toujours rêvé d’apprendre le piano quand vous étiez enfant et vous n’avez pas eu cette chance. Oui, vous rêvez que votre enfant le fasse pour vous. Mais il a peut-être lui envie d’apprendre la flûte traversière, donc pourquoi l’obliger. S’il travaille un instrument qui ne lui donne pas envie, il se découragera forcément à un moment ou un autre. Alors guidez-le, mais ne lui imposez pas.

Pour rester motivé : travailler avec plaisir

Au début de l’apprentissage, le côté répétitif du travail peut être décourageant. On passe tous par des périodes de gammes, d’exercices pour se délier les doigts, pour le souffle, la dextérité et j’en passe.

Tout d’abord, ce travail n’est pas obligé d’être rébarbatif et ennuyeux. Comme je vous l’ai dit dans Le plaisir des gammes, il y a toujours la possibilité de transformer un travail répétitif en jeu. Des morceaux peuvent convenir pour s’entraîner à l’enchaînement d’intervalles difficiles, d’autres utilisent des gammes importantes. Pour rester motivé, chercher avec votre professeur des études pour apprendre autrement.

Ensuite, travailler avec plaisir c’est aussi ne pas se sentir obligé. Petits et grands, tout le monde a des jours hauts et des jours bas. Alors quand vous êtes au top et que tout vous réussit, profitez-en pour faire une longue séance de travail. Le jour où vous serez fatigué (et cela vaut aussi pour les enfants quand on voit leur journée d’école) vous pourrez manquer une journée. L’important est un travail consciencieux. Est-il vraiment utile de jouer contre son envie ? Apprend-on vraiment quand on n’a qu’une envie, que ça s’arrête ?

Pour rester motivé : varier les plaisir

Enfin, il est important à mon sens d’aimer ce que l’on joue. Encore une fois ça l’est pour un adulte, beaucoup moins pour un enfant mais tout aussi nécessaire.

En effet, lorsque l’on démarre adulte le professeur aura tendance à vous demander ce que vous voulez jouer. Exit les méthodes avec toutes les comptines, pas de meunier endormi, pas de souris colorée. Pour les enfants l’enseignant va se baser sur une méthode. Je comprends l’utilité de la démarche. Ces livres apportent une sécurité, déjà par rapport à la progression de l’élève, aussi par la rigueur mise en place. Tous les exercices sont là : travail des gammes, des doigts, du souffle, de l’expressivité.

Mais tout ce travail, primordial attention, est-il une fin en soi ? Quand vous jouez devant des amis, voulez-vous leur présenter vos exercices pour se délier les doigts ou le dernier morceau que vous avez appris ? J’espère pour eux que vous avez choisi la deuxième solution !

Varier les plaisir c’est aussi ne pas rester que dans un style de musique. Oui, vous adorez la musique baroque, mais regardez ce morceau de jazz, il n’est pas sympa ? D’accord, il ne va pas forcément vous faire tomber follement amoureux de ce genre, mais il vous apportera autre chose. Déjà, il vous permettra de voir la musique autrement. Oui, la chanson française ne demande pas les mêmes compétences que le klezmer. Quittez votre zone de confort, découvrez de nouveaux horizons musicaux. Vous reviendrez à ces morceaux qui ont votre préférence, mais le voyage vous aura enrichi de nouveaux savoirs. Et pourquoi ne pas permettre à Bach de jouer du jazz ?

Pour rester motivé, l’important, vous l’aurez compris, est de prendre du plaisir. Plaisir dans le travail technique, plaisir dans le choix et la diversité des morceaux. Plaisir aussi dans le pratique. Le travail n’est pas obligatoirement solitaire ! Duo, trio, orchestre, quatre mains, les possibilités sont nombreuses. Soyez innovant, curieux. Et surtout, n’oubliez pas que c’est la même chose pour vos enfants.

Maintenant, pour nous permettre de tous rester motivés, partagez en commentaire vos méthodes. Plus on sera riche de solutions et plus l’envie sera présente.

Musicalement

Partager l'article
  • 7
  •  
  •  
  •  
    7
    Partages
  •  
    7
    Partages
  • 7
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *