Apprendre,  Éveil musical

Qu’est-ce que la pédagogie Kodaly ?

Quand Lapin a demandé à faire de la musique, elle avait encore l’âge de l’éveil musical. À l’époque je ne me suis pas vraiment intéressée à ce que l’on pouvait y faire et me suis mis en tête de lui faire à la maison. Mais aujourd’hui je me suis posée cette question : Qu’est-ce que l’éveil musical ?La pédagogie Kodaly

Quand j’ai commencé mes recherches je ne m’attendais pas à trouver autant de diversité. J’ai trouvé, via le site de la Cité de la musique de Paris, huit pédagogies différentes. Il serait trop long, et je pense ennuyeux, de vous détailler ici les huit. J’ai donc dû faire un choix, et j’avoue avoir été intéressé par deux méthodes, la pédagogie Kodaly et celle de Suzuki.

Le vote est fait, nous commencerons par la pédagogie Kodaly.

Qui est Kodaly ?

Zoltan Kodaly est un compositeur hongrois du début du XXème siècle. Musicien et pédagogue, il retranscrit avec son ami Bela Bartok une grande quantité de chants traditionnels nationaux, d’abord dans un but didactique. C’est cette collection qui servira de base à la pédagogie Kodaly.

Qu’est-ce-que la pédagogie Kodaly ?

Kodaly considère le chant comme la porte d’entrée que tout le monde devrait franchir pour entrer dans le monde de la musique. À son sens, tous les enfants devraient être initiés à la musique le plus tôt possible. Il considère que la musique devrait être une matière fondamentale, au même titre que les mathématiques, l’école devant en donner l’accès à tous de manière quotidienne.

De même, Kodaly met en avant l’importance de l’écoute, du chant et du mouvement avant même l’apprentissage théorique de la musique (ce qui va à l’opposé de l’apprentissage classique de la musique en France notamment).

Pour cela, la pédagogie Kodaly est fondée sur une méthode active, avec notamment le chant pour développer la justesse des enfants. Et pour cela, nul besoin de partition grâce à la solmisation et la phonomimie.

Qu’est-ce que la solmisation ?

La solmisation est une manière de voir la musique de manière modale et non tonale. Alors oui, ça paraît un peu barbare dit comme ça mais vous allez voir, c’est plus simple qu’il n’y paraît.

Dans la musique tonale, celle que nous apprenons classiquement au solfège, le do est fixe. Il est tonique dans la gamme de do majeur, dominante dans la gamme de fa majeur ou encore sensible dans celle de ré majeur. Il est donc défini en fonction de sa fréquence et non de sa fonction dans la gamme.

Dans la musique modale, le do est mobile et désigne la tonique des gammes majeures. Ce qui fait que le sol sera toujours dominante et le si note sensible. On représente un mode (majeur ou mineur) et non une tonalité. Les notes sont chantées les unes par rapport aux autres. Cette fois ci le do n’aura pas la même fréquence en fonction du morceau choisi, mais il y aura toujours un ton entre le do et le ré et ainsi de suite.

Ce qui rend la conversion difficile, à mon sens, vient du fait que dans les deux cas nous désignons les notes avec le même nom (do, ré, mi, …) pour deux choses qui sont très différentes. Dans les pays anglo-saxon la musique tonale se nomme A, B, C, D, E, F, G, comme on peut les voir dans les tablatures par exemple, alors que la musique modale aura pour nom notre gamme habituelle.

Et la phonomimie ?

La phonomimie est un procédé visant à accompagner la parole par des signes onomatopéiques. Tiens, ça paraît encore un peu barbare ça, alors que pas du tout. À l’origine son inventeur, Augustin Grosselin, cherchait à faciliter l’enseignement en joignant le geste à la parole. C’est un procédé qui permet maintenant l’intégration d’enfant malentendant dans des classes d’entendants.

Kodaly a utilisé ce principe pour permettre aux plus jeunes de chanter avant même de savoir lire leur partition. Le do est alors toujours représenté par un point fermé, comme dans l’image ci-dessous.

Solmisation et pédagogie Kodaly

 

Grâce à ces deux procédés, la méthode Kodaly permet en Hongrie de faire apprendre la musique à la grande majorité des enfants scolarisés.

Bien que développé dans de nombreux pays, cette méthode est très peu utilisée en France. Pour cause, on apprend d’abord le chant et la relation des notes entre elles avant de les coder, ce qui est contraire à notre système éducatif classique. Pourtant n’apprend-on pas à parler avant d’apprendre à lire ?

La voix de Kodaly, association qui cherche à promouvoir cette pédagogie dans notre pays, est très active et permet des formations. Elle est notamment utilisée par la maîtrise de l’opéra de Lyon.

On voit ici que toutes les méthodes d’éveil musical ne sont pas forcément accessibles pour la réalisation à la maison sans professeur.

J’espère que cet article vous a plu et qu’il vous a donné envie d’en savoir plus sur cette pédagogie qui personnellement m’a passionnée. Pour aller plus loin, vous pourrez trouver mes sources ici.

Et vous, que pensez-vous de la pédagogie Kodaly ? Avez-vous fait de l’éveil musical ou inscrit vos enfants ? Partagez votre expérience en commentaire.

Musicalement

Partager l'article
  •  
  •  
  • 59
  •  
    59
    Partages
  •  
    59
    Partages
  •  
  •  
  • 59
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *