Clarinette,  Famille,  Partition offerte

Pourquoi pas la clarinette ? Attention surprise !

Il y a 20 ans je commençais la clarinette. Je me rends compte en regardant Lapin, qui a 6 ans, que je n’étais pas très haute. Mon instrument devait paraître immense à côté de moi ! Mais c’est comment quand on commence ?

Commencer la clarinette

Je viens d’une famille de musiciens. Trois frères, une soeur, tous musiciens. Une maman musicienne et un papa qui chante tout le temps (pas le droit de dire le contraire !). La liste des instruments pratiqués par nous tous est longue : saxophone, batterie, accordéon, guitare, flûte traversière, clarinette, piano, trompette, orgue et chant. Imaginez l’ambiance à la maison des années durant !

Quatrième de la fratrie, j’aurais aimé commencer plus tôt pour être avec ma soeur, mais au conservatoire il fallait attendre encore. Les trois premiers ont commencé au conservatoire d’Arras, moi à l’école de musique de Doullens. Pourquoi ? Sûrement pour la proximité de l’école, le prix aussi j’imagine. Et surtout, l’ambiance. Moins de compétition, moins de pression. Alors à 7 ans je commence le solfège et 6 mois plus tard la clarinette.

 

Mais pourquoi la clarinette ? Je me souviens avoir été chez ma marraine, clarinettiste, et l’avoir écoutée travailler. J’ai aimé le son, la chaleur. Mais je me souviens aussi avoir hésité avec un autre instrument (je vous laisse deviner lequel !), mais étant asthmatique, l’instrument à vent avait l’avantage d’être thérapeutique.

Alors j’ai commencé la clarinette à 7 ans et demi. En y repensant aujourd’hui je plains mes parents  ! Parce qu’une clarinette au début, ça canarde ! Imaginez un peu des sons très aigus, incontrôlables, n’importe quand pendant des mois d’apprentissage. Juste pour savoir souffler, je ne vous parle pas de réussir un morceau agréable à écouter ! Parent de musicien devrait être reconnu comme métier à risque (c’est peut être de là vos pertes d’audition ! !) Mais bon, ils avaient déjà eu l’apprenti saxophoniste avant moi !

 

Oui, si vous commencez la clarinette, ou si votre enfant a fait ce choix merveilleux, ça va être dur pour vos oreilles, pendant quelques mois vous allez souffrir de sons nasillards à tendance décapante, mais une fois que vous maîtrisez l’embouchure, c’est gagné  !

 

Je me souviens aussi du temps passé à faire des gammes. C’est quoi les gammes ? Alors bienvenue dans le monde magique du musicien ! À mon avis (et cela n’engage que moi), les gammes sont à la musique ce que les mathématiques sont à l’apprentissage scolaire  : le cauchemar du plus grand nombre !

Mais encore ? C’est le travail, pour chaque tonalité, de toute une ribambelle d’exercices allant de la montée et la descente, les différents intervalles, les arpèges, etc. Une joie répétitive, rébarbative mais super importante. Et si on ajoute un peu de fun là-dedans ça peut même devenir amusant !

 

La clarinette était pour moi avant tout un grand moment de partage. J’ai eu la chance de faire partie de plusieurs ensembles : classe d’orchestre d’abord, ensemble de clarinettes de l’école, harmonie et, mon préféré, orchestre à vent. Pendant une dizaine d’années j’ai fait partie de ces différents pupitres. J’ai pu y rencontrer beaucoup de monde différent et surtout beaucoup apprendre, acquérir des responsabilités, commencer tout en bas pour finir devant. Même si ça c’est mal fini pour moi, je suis heureuse d’y avoir participé pendant autant d’année.

 

Aujourd’hui encore la clarinette m’a permis de belles rencontres. Pendant presque 8 ans, elle est restée enfermée dans sa boite. Mal fini dans mon ensemble précédent, j’ai eu du mal à me refaire confiance. Mais quand on a aimé faire quelque chose comme j’ai aimé cet instrument, c’est dur de fermer la porte sans jamais se retourner.

Ma chance est d’habiter dans le Nord. Non je vous jure ! On est très bien là-haut ! Ici il y a des harmonies partout, et j’ai osé frapper à la porte de celle de mon petit village. Ça fait 10 mois maintenant que j’ai retrouvé ma plus grande amie : ma clarinette. Et grâce à elle j’ai rencontré plein de gens.

 

Voilà, 20 ans plus tard l’aventure clarinette n’est pas finie. J’aime toujours autant cette vieille amie fidèle, qui m’a pardonné si vite de l’avoir laissée seule tant d’années.

Pour vous féliciter d’avoir été jusqu’au bout, comme promis un petit cadeau : la partition de mon morceau préféré Les danses roumaines de Bartok. Si la partition d’accompagnement vous intéresse, dites-le moi en commentaire.

Et vous, que vous a apporté la musique ? Comment avez-vous choisi votre instrument ? Racontez nous en commentaire votre histoire de musicien !

Musicalement

Partager l'article
  • 6
  •  
  • 4
  •  
    10
    Partages
  •  
    10
    Partages
  • 6
  •  
  • 4
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *