Apprendre

Qu’est-ce que les ornements ?

Parfois sur nos partitions nous voyons des pattes de mouches. Vous savez ces petites tâches noires qui nous rappellent que l’on doit prendre rendez-vous chez l’ophtalmo ? Oui, les ornements ! Avant les notes, après, simples, double, au-dessus ou en-dessous, il y en a pour tous les goûts. Mais attention, ce n’est pas parce qu’elles sont écrites en plus petit qu’on peut les faire n’importe comment.

Alors faisons un point sur quatre ornements courant et leur réalisation.

Image par Holger Schué de Pixabay

Les ornements : l’appogiature

Le mot appogiature vient de l’italien appoggiare qui signifie appuyer. Encore une fois, connaître l’origine du mot permet de comprendre plus facilement de quoi l’on parle. Cet ornement, représenté par une petite note, se place avant la note à appuyer. Aussi, l’appogiature sera une note conjointe, à un ton ou un demi-ton. Hein ? Une note conjointe est une note qui suit celle voulue dans la gamme. Il existe deux sortes d’appogiature..

Dans un premier temps, l’appogiature brève. La note est alors barrée et représente une très faible partie de la note qui la suit.

Appogiature brève

Ici, le ré est l’appogiature du do. Il faudra, comme son nom l’indique, l’appuyer.

Dans un second temps, l’appogiature longue. Cette fois la note ne sera pas barrée. Dans son exécution, elle représentera la moitié de la note à laquelle elle est liée.

Appogiature longue

Les ornements : le mordant

Tout est dans le nom, le mordant est un ornement qui se veut incisif, net. Il peut aussi être assimilé à une double appogiature. Représenté par une petite vague, il correspond à un battement entre la note principale et le degré supérieur. Ainsi, il se joue en commençant par la note à laquelle il est affectée puis par la seconde supérieure avant de retourner à la note initiale. Dit comme ça, ça peut paraître barbare, alors voici une meilleure manière pour comprendre.

Mordant

Aussi, si la note du mordant est altérée, cette dernière sera notée au-dessus :

Altération du mordant

Les ornements : le grupetto

Prononcé “groupetto”, cet ornement représente plusieurs notes encadrant une note principale. Ici le sens et la position du symbole ont toutes leurs importances car ils donne le sens et le moment de réalisation de l’effet. Trêve de blabla, allons directement à la représentation.

Premier cas : le grupetto est au-dessus de la note ornementée. Dans ce cas, les notes seront jouées avant la note principale comme ci-dessous :

Grupetto inférieur
Grupetto supérieur

Le sens du symbole, quant à lui, indique si l’on commence par la note du dessous ou du dessus. Pour savoir, rien de plus simple. Si le dessin commence en bas et remonte alors il se joue par le dessous. À l’inverse, si le point de départ du grupetto est vers le haut alors nous commencerons par la note supérieure.

Deuxième cas : le grupetto est placé entre les deux notes.

Cette fois l’ornementation se jouera à l’extrémité de la note principale et comptera quatre notes.

Si un grupetto doit être altéré, le symbole se placera soit au-dessus pour la note supérieure, soit en dessous pour la note inférieure.

Altérations du grupetto

Les ornements : le trille

Sûrement le plus connu des ornements, le trille est un battement régulier et rapide entre la note principale et la note conjointe supérieure. De plus, le trille se décompose en trois parties :
– la préparation, qui correspond à la note d’attaque. Si celle-ci est différente de la note principal,e elle sera alors notée à l’aide d’une appogiature.

– le battement, qui se doit régulier et brillant.

– la terminaison, qui doit être réaliseé dans le même mouvement que le battement. Si celui-ci diffère, il sera alors noté avec de petites notes.

Trille

Voilà, plus d’excuse, vos lunettes sont réglées et vous aussi. À vous de jouer maintenant !

Musicalement.

Sources :

Théorie de la musique, A. Danhauser
Petite théorie de la musique, J. Arnoud
Traité pratique et très complet des principes élémentaires de la musique, R. Benoit
Solfège ou Méthode pour apprendre les principes de la musique à solfier et vocaliser avec accpt de piano, A. Miné

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *