Apprendre,  Éveil musical

Pour la reprise, parlons reprises !

2019 est arrivé ! Toute la famille musique vous souhaite une année pleine de réussite, de santé et de musique !

Et comme hier c’était la reprise pour beaucoup d’entre vous, parlons reprise ! Non, je ne vous parle ni de travail ni de l’école des enfants, mais des différentes manières de noter les reprises sur nos partitions.

Pourquoi, comment ? Lisez la suite et vous serez incollables et ne vous tromperez plus jamais.

Qu’est-ce qu’une reprise ?

Commençons par la base : une reprise c’est quoi ? C’est une manière d’alléger la partition en indiquant la réutilisation d’une partie déjà jouée. Cela permet de réduire la taille de la partition, d’en simplifier la lecture. À condition bien-sûr de savoir lire les différents symboles de reprise.

Au premier abord on peut voir ça comme un labyrinthe. En effet, le système va de la simple reprise de quelques mesures à des renvois beaucoup plus conséquents. Mais pas d’inquiétude, comme bien souvent vous allez voir que c’est beaucoup plus facile que ça n’en a l’air. Suivez-moi.

La barre de reprise.

Le plus courant, et surtout le premier qu’on rencontre, c’est la barre de reprise. Soeur presque jumelle de la barre de fin, elle porte élégamment deux petits boutons. Non, pas d’acnée musicale, juste l’élégance de nous montrer la voie.

Si elle est seule, cette barre de reprise indique de reprendre le morceau à son début. Parfois elle se regarde dans un miroir. Non vous ne vous trompez pas, on peut la trouver dans l’autre sens. Dans ce cas, cela signifie qu’il faut rejouer la partie se trouvant prise entre ces deux barres.

Mesure de première fois

Pour pimenter un peu les choses il peut y avoir de petites différences entre les reprises. La plupart du temps il suffit de lire. Pour une partition d’ensemble, ça peut être une voix qui n’est à jouer que la première ou la seconde fois, ou un changement de nuance. Tout est indiqué.

Aussi, ça peut prendre la forme de mesure spécifique à la fin de la partie. Comme toujours, une image vaut mieux qu’un long discours :

Ici on peut voir un crochet avec une 1 avant la reprise et un second avec un 2 après. Ça veut tout simplement signifier que, lors de la première lecture, il faut jouer les mesures sous le premier crochet puis, lors de la seconde, ignorer ces quelques mesures pour passer directement au crochet numéro 2. S’il y a plusieurs numéros dans le premier crochet, cela correspondra au nombre de fois qu’il est nécessaire de jouer cette reprise.

D.C. ou D.S., quelle différence ?

Non, pour les fans de comics, Batman ne va pas arriver !

Pour comprendre la différence entre ces deux sigles que vous pouvez voir régulièrement sur vos partitions, il faut connaître leur traduction.

D.C. : Da Capo = depuis le début. Pour les joueurs de cartes, on dit qu’on n’est pas capo lorsqu’on marque un pli, donc pas à zéro. Pour les autres, pensez à caput, lorsque vous y êtes vous n’avez plus d’énergie. Quand vous voyez ce signe cela signifie, comme vous le savez maintenant, qu’il faut recommencer la partition depuis le début.

    D.S. : Dal Segno = à partir du signe. Plus facile à retenir, il faut alors reprendre le morceau à partir d’un signe spécifique, toujours le même :

Les signes de fin

Qui dit répétition dit fin. Et oui, sinon nous tournerions ces partitions en boucle pendant des heures.

Sauf indication contraire,  les répétitions ne sont à réaliser qu’une seule fois et ensuite tout droit jusqu’à la barre de fin. Plus simple, c’est impossible !

Presque aussi facile, le terme Fine accompagne souvent le da capo. Signifiant fin en italien, il est lui aussi extrêmement facile à comprendre. Oui oui, il vous suffira de vous arrêter en voyant ce mot et le tour est joué..

Celui qui donne le plus de fils à tordre est le symbole de Coda. Encore une fois, connaître la signification du terme aide beaucoup. Coda veut dire la queue, la fin, en italien – oui, la musique est dominée par l’italien comme l’informatique par l’anglais. Alors une fois que vous arrivez à ce signe, après avoir réalisé les répétitions indiquées, vous irez directement en fin de morceau pour retrouver le même symbole et terminer votre morceau.

Les répétitions en pratique.

Avec l’habitude, vous verrez que tout cela ne vous dérangera plus, mais au début ça peut être un peu fastidieux.

La première démarche que je vous propose, comme je vous en avais parlé dans l’article Moment musical n°3 – Franz Schubert + Cadeau !, de commencer par lire la partition avant de chercher à la jouer pour pouvoir noter tous les signes de renvoi. Savoir où ils se trouvent est assez facile vous me direz, mais il faut parfois remonter de nombreux systèmes pour trouver où il nous mène, il est donc intéressant de le repérer avant.

Ensuite je vous propose un moyen enfantin et gai pour vous retrouvez facile : la couleur ! Et oui, je suis une grande fan de la couleur ! Je vous montrerai un jour mes partitions, c’est carnaval !

Un conseil, variez la couleur s’il y a plusieurs reprises différentes pour ne pas vous tromper. Si vous les indiquez toutes de la même manière, il sera compliqué de vous repérez rapidement lorsque vous jouerez. Alors faites vous plaisir !

Vous voilà parés pour affronter la jungle des retours et reprises en tout genre ! Si vous avez des astuces pour vous repérez facilement, partagez les nous en commentaire.

Musicalement

Partager l'article
  • 16
  •  
  •  
  •  
    16
    Partages
  •  
    16
    Partages
  • 16
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *