Instruments

Flûte alors !

À vent, à cordes, à percussion, bois, cuivre, numérique, … Il y a du choix quant l’instrument de musique que vous voulez pratiquer. Comment choisir entre un alto ou un xylophone, une clarinette ou un saxophone ? Tout d’abord apprenons à les connaître.

Et si nous commencions aujourd’hui avec la flûte traversière ?

Image par Kate Cox de Pixabay

C’est peut être la chaleur qui m’a tapée sur la tête, mais pour commencer cette nouvelle série, il sera question de flûte. Objet de blague incessante, et je suis la première à en faire, les flûtistes ont la vie dure (chacun assume ses choix…). Alors oui, pour leur montrer ma sympathie, voici ce qu’il faut savoir sur cet instrument.

La flûte traversière : un peu d’histoire

Vous ne le saviez peut être pas, mais la flûte traversière a un autre nom : flûte allemande.

Elle est d’abord apparue en Asie avant de conquérir l’occident, au XIIème siècle. À l’origine, elle n’était qu’un tuyau percé, muni d’une embouchure. Rien à voir avec notre instrument d’aujourd’hui.

C’est au Moyen-Âge que commencent à apparaître les clefs, permettant ainsi d’ajouter des notes. Mais là encore, elle est considérée comme un instrument défectueux (c’est pas moi qui le dit).


Traité populaire d’harmonie, de composition et d’orchestration, précédé d’un exposé des principes élémentaires de l’acoustique physique, par Jules Philipot,…

En effet, les trous sont percés de manière à correspondre à la morphologie de la main, sans prendre en compte la justesse. Heureusement, au XIXème siècle, un flûtiste virtuose du nom de Boehm arrive. Il met en place un nouveau système, appelé de nos jours système Boehm.

Voilà qu’arrive la flûte traversière telle qu’on la connaît. Boehm met en place un espacement précis des trous permettant plus de justesse. Le système étant plus compliqué, et certains trous hors d’atteinte pour le musicien, une mécanique complexe de clefs est mise en place.

La flûte traversière : filiation

Dans la grande famille des instruments de musique, il y a de nombreuses ramifications.

La flûte traversière fait partie des instruments à vent. Jusque là pas de surprise : il faut souffler dans l’embouchure. Le son est produit grâce au biseau et la hauteur modifiée par position des doigts ainsi que par le souffle du musicien.

Voilà qu’on arrive à la petite surprise : la flûte traversière fait partie des bois. Comment ? Pourtant elle est faite de métal ? Ici sa classification vient de son histoire. En effet, les premières flûtes étaient en bois et même si aujourd’hui elle a évolué, elle reste dans cette sous-famille.

Quand je vous parle de flûte traversière, nous voyons tous la même, la grande flûte en ut. Pourtant elle n’est pas seule. Alors elle va vous présenter sa famille.

La grande flûte

Sûrement la plus connue des flûtes traversières, la grande flûte est constituée de trois parties :
La tête où se trouve l’embouchure de forme ovale. Bouchée à une de ses extrémités, elle permet aussi d’accorder l’instrument en ajustant la longueur de celui-ci.

Image par 정선 윤 de Pixabay

Le corps où se trouve trous et mécanisme. Ici les trous sont bouchés par des plateaux actionnés par le musicien.

La patte qui porte plusieurs clefs. En fonction des notes qu’elle permet de produire elle sera patte d’ut ou de si.

Question tessiture, la grande flûte voit grand ! En effet, elle couvre trois octaves.

Tessiture de la grande flûte

Alors oui, le panel de notes est très large, mais la flûte (comme tout instrument) a une zone de confort :

Le piccolo

Voici mon pire cauchemar… Le piccolo est aussi appelé petite flûte. C’est l’instrument le plus aigü de l’orchestre. Quand vous l’avez directement dans le tympan, je vous garantie que vous ne pouvez pas le manquer !

Image de Caesura

Pour vous imaginer si vous ne connaissez pas, il sonne à l’octave de sa grande soeur. Seulement constitué de deux parties, la tête et le corps, elle peut jouer quasiment autant de notes que la grande flûte. Quasiment ? Oui, car en l’absence de patte d’ut, elle ne peut pas descendre au do# et do grave.

La flûte basse

Oui, la flûte peut être un instrument grave. La flûte basse en ut joue, à l’inverse du piccolo, une octave en dessous de la grande flûte. Comment c’est possible ? Grâce à son embouchure recourbée.

Je vous présente ici un échantillon de flûte traversière, il en existe d’autres :
Le piccolo en réb
La flûte tierce en mib
La flûte alto en sol
La flûte octobasse en ut

Je fais le choix ici de sélectionner les plus courantes.

La flûte traversière : place dans la musique

Et oui, par son son clair et l’agilité que son système permet, la flûte traversière accède à l’orchestre dès le XVIIème siècle. Elle acquiert même une place de soliste.

Vivaldi est le premier compositeur à avoir écrit des concerti pour la flûte traversière en 1728. Pour illustrer et vous faire découvrir ou redécouvrir, voici Vivaldi – La Notte – Concerto pour flûte et orchestre No.2 en sol mineur, op.10 :

Voilà, difficile à croire mais j’espère vous avoir donner envie de faire de la flûte traversière ! Et oui, il faut de tout pour faire un monde. Et même elle a son importance !

Une petite pour finir : Qu’est-ce qui sonne plus faux qu’une flûte ?

Musicalement

Sources :
Flûte traversière – Wikipédia
Traité populaire d’harmonie, de composition et d’orchestration, précédé d’un exposé des principes élémentaires de l’acoustique physique – par Jules Philipot,…

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *