Culture musicale,  Musique traditionnelle

Destination Bretagne avec les bagadoù

Il n’y a pas longtemps nous parlions ici de 5 formations pour jouer ensemble, aujourd’hui je vous propose de découvrir un autre ensemble. Attention, changement de registre. À trois jours du commencement du festival interceltique de Lorient, nous allons nous tourner vers la Bretagne et sa musique traditionnelle.

Qu’est-ce qu’un bagad ?Musique - Tradition - Bretagne - Bagad

Après une semaine de vacances en Bretagne, je reviens de la musique plein les oreilles. Musique irlandaise, harpe celtique, veillée contée musicale, bagad de Vannes… De quoi ravir ceux qui, comme moi, aime la musique celtique.

Qui joue dans un bagad ?

Nous avons vu dans l’article 5 formations pour jouer ensemble que chaque type d’orchestre avait sa composition propre qui permettait de le définir. Alors quels instruments forment un bagad ?

Traditionnellement, un bagad est composé de trois pupitre distinct : la bombarde, la cornemuse écossaise et la percussion. Ce dernier pupitre peut avoir une composition différente en fonction de la taille du bagad. Classiquement il sera composé de caisse claire, mais peut être élargie avec d’autres percussions non traditionnel tel que le tambour.

Aussi, il est dirigé non pas par un chef d’orchestre comme nous connaissons bien, mais par un penn-sonner. On peut traduire cela par sonneur en chef.

La bombarde

À l’origine, elle fait partie des instruments des sonneurs. C’était à l’époque des musiciens allant généralement par deux que l’on appelait alors couple de sonneurs, et qui animaient les mariages, naissances et autres festivités.

Aujourd’hui les couples de sonneurs ont disparus, laissant place au badagoù.I

nstrument à vent, et plus précisément de la famille des bois, la bombarde ressemble quelque peut à son grand frère le hautbois. Avec sa anche double et ses sept trous, elle demande énormément de souffle pour produire un son clair qui porte au loin.

Chaque pupitre du bagad est mené par un chef de pupitre. Celui des bombardes s’appelle le penn-talabarder.

La cornemuse écossaise

Par la patte tire le sac. Par la patte souffle dans le sac. D’après les contes de Bretagne, ça serait grâce à cette formule magique que les korrigans, lutins au pouvoir magique du pays de Brocéliande, auraient offert le premier sac à pattes, ou cornemuse, à l’enfant de personne.

On a tous en tête les joueur de cornemuse écossais, en kilt, soufflant dans ce drôle de sac. Quand j’étais plus jeune, j’étais impressionnée par ces instruments qui avait la chance à mes yeux, de n’avoir jamais de trou d’air grâce à leur sac ! Un poumon supplémentaire, voilà ce qu’il m’aurait fallu ! Mais est-ce si simple ?

La cornemuse utilisée le plus souvent en bagad se compose de trois bourdons, une poche d’air, un sutell et un levriad. C’est très bien tout ça, mais ça veut dire quoi ?

Les bourdons sont ces trois tuyaux sur l’épaule du musicien. Composé d’une anche simple, ils permettent de produire une note d’accompagnement.

Muni lui aussi d’une anche mais cette fois ci double, le sutell permet de gonfler la poche d’air. Celle-ci forme un réservoir, permettant ainsi un son continu.

Enfin, la dernière patte du sac à patte est le levriad. Celui ci est percé, permettant ainsi la réalisation des mélodies.

Comme pour les bombardes, le pupitre des cornemuses à un chef qui s’appelle le penn-biniaouer.

Les percussions

Comme les deux autres pupitres, celui des percussions à son chef interne : le penn-tabouliner.

Traditionnellement, il est composé exclusivement de caisse claire, mais il peut être agrandi en fonction de la taille de l’orchestre. Pour accompagner deux types d’instruments à vent aux sons très puissant, il fallait une percussion elle aussi très puissant. La caisse claire produit, grâce à sa peau tressée de plastique et à son timbre de métal posé sous celle-ci, un son très sec et clair.

On peut aussi voir un soutien rythmique grâce à la grosse caisse.

 

J’ai eu la chance, passant une semaine en Brocéliande, d’aller écouter le bagad de Vannes. Personnellement je ne connaissais pas, mais vous les avez peut être déjà vu ! Connaissez vous l’émission La France a un incroyable talent ? Ceux sont les vainceurs de 2015. Si vous ne voyez toujours pas, voici une petite présentation vidéo : https ://www.youtube.com/watch ?v=kv–4wRNSEg

Aujourd’hui ils préparent le concours des bagadoù à Lorient. Lors de leur concert à Josselin, ils nous ont présenté la suite qu’ils réaliseront lors de ce concours. Ils nous ont aussi montré l’envers du décor, leur manière de travailler, la rigueur dont ils font preuve pour pouvoir présenter des concerts de qualité.

Mais surtout, n’oubliez pas que ceux sont des orchestres amateurs qui travaillent pour nous réaliser des concerts de qualité par amour de la musique et de leurs traditions bretonnes.

 

Et vous, aimez-vous la sonorité des orchestres bretons ? Connaissiez-vous le bagad de Vannes ? Partagez votre histoire avec la musique celtique en commentaire. Et si vous avez la chance d’aller au Festival Interceltique de Lorient, racontez nous !

Musicalement

Partager l'article
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

2 commentaires

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *