Apprendre,  Examen

Comment jouer une partition au tempo demandé ?

Les examens approchent et vous commencez à vous inquiéter ? Vous ne vous sentez pas encore prêts parce que vous ne jouez pas encore votre morceau à la vitesse demandée ? Pas de panique, venez découvrir notre méthode pour accélérer un morceau.Musique - Accélérer - Tempo

Le tempo, un cauchemar pour beaucoup. Ne pas croire que les tempos lents soient plus faciles ! Je suis même convaincue du contraire ! Mais aujourd’hui nous allons voir comment faire pour jouer votre morceau plus vite afin de correspondre au tempo indiqué par le compositeur.

Préparer le terrain

Je sais, j’enfonce des portes ouvertes ! Mais il me semble primordial de rappeler qu’avant de chercher à accélérer, il faut d’abord gérer.

Et quand je dis gérer c’est très sérieux. Il faut, à votre tempo de travail, que vous soyez capable de jouer votre morceau à la perfection, nuances et ressenti compris, avec les articulations. Le tout, bien-sûr, avec le métronome pour être sûr de votre régularité.

Ce n’est qu’une fois que vous êtes capable de faire tout cela presque sans réfléchir, mais surtout sans accroc, que vous pourrez passer à l’étape suivante.

Pas de précipitation

Vous êtes pressés de jouer votre morceau comme demandé ? Alors prenez votre temps ! Mon dicton : Pour aller vite, prend ton temps. Ça peut paraître contradictoire au premier abord mais pas du tout.

Maintenant que vous connaissez votre morceau sur le bout des doigts, montez doucement le tempo de votre métronome. 2 ou 3 battements par mesure suffisent. Ah oui, j’avais bien précisé doucement.

Le but est de voir jusqu’où ça passe et à partir de quand ça coince. Si vous montez d’un coup de 5 à 10 pulsations et que vous n’y arrivez pas, vous devrez descendre de toute façon. Mais en route vous allez perdre sûrement un peu de confiance en vous, vous allez vous crisper aussi. Et tout ça semble contre productif.

Alors oui, vous n’allez pas monter que de 2 ou 3 battements par jour. Le but est de jouer le morceau jusqu’à votre limite. Et là vous connaissez votre nouvelle vitesse de travail du jour.

Ça peut vous sembler un peu long comme méthode, mais elle vous permettra de garder le plaisir de jouer votre morceau.

Reculer pour mieux sauter

Ensuite, il va se passer quelque chose de naturel et de stressant : après une bonne nuit de sommeil vous aurez l’impression d’avoir tout perdu. Rassurez-vous, ce n’est qu’une impression.

Pour éviter cela, je vous conseille de toujours recommencer une nouvelle séance de travail 5 battements par minute de moins que ce que vous aviez fini pour la précédente. Non, ce n’est pas une perte de temps, au contraire. Vous allez comme ça vous remettre dans les doigts tout votre travail de la veille, vous rassurer. Vous allez prendre le temps de remettre vos réflexes en place, de relire la partition plus facilement. Et une fois que vous vous sentirez prêt vous pourrez recommencer à l’étape précédente, jusqu’à ce que vous arriviez au tempo voulu.

Prêt pour le jour J

Voilà, vous êtes à votre tempo. Attention à ne pas vous reposer sur vos lauriers. Comme je vous l’ai dit juste avant, on a tendance à perdre un peu si on ne travaille pas régulièrement. C’est pourquoi je vous recommande de bien rejouer tous les jours. Cela ne veut pas dire pendant des heures, refaire le morceau une fois suffit.

Le mieux, vous mettre en condition d’examen : montez votre instrument, chauffez comme vous le feriez ce jour là, et allez-y. Une seule fois, sans reprendre si vous faites une erreur. N’ayez pas peur, c’est normal.

Si vous sentez le stress monter en vous rien que d’y penser, venez lire mon article 7 trucs pour gérer son stress.

Partagez avec nous toutes vos astuces vous permettant de jouer plus vite.

Musicalement.

Partager l'article
  • 2
  •  
  • 1
  •  
    3
    Partages
  •  
    3
    Partages
  • 2
  •  
  • 1
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *