Apprendre,  Bibliothèque

4 exercices pour 1 respiration béton

Qui dit musique, dit respiration. Quoi ? Je vous ai entendu, vous qui voulez faire du piano et qui vous dites : La respiration ce n’est que pour les instruments à vent ! Détrompez-vous ! Par expérience, je sais qu’il est tout aussi utile et important de savoir respirer correctement quand on ne fait pas un instrument à vent.

Mais comment apprend-on à respirer correctement ? Voici quatre exercices faciles afin d’être un pro de la respiration.

Apprendre à respirer pour mieux jouer

La première chose à faire, qui n’est pas forcément la plus facile, est de prendre conscience de notre manière naturelle de respirer. Alors allez-y, arrêtez votre lecture un instant pour voir. Où sentez-vous l’air ? Respirez-vous plutôt par le nez ou par la bouche ? Levez-vous les épaules ? Et le plus difficile : avec le haut ou le bas de vos poumons ?

Si vous ne réussissez pas à répondre à toutes ses question, pas d’inquiétude, nous allons commencer l’entraînement.

Quand on commence la musique, on nous dit qu’il faut respirer avec le ventre. Je ne sais pas vous, mais au premier abord il semblerait que nous ayons besoin de nos poumons pour respirer ! Alors c’est quoi cette respiration ventrale ou abdominale ?

Cela veut simplement dire que nous allons chercher à remplir nos poumons au maximum. De ce fait, notre diaphragme, muscle qui nous permet de respirer, descend plus bas qu’à l’habitude, ce qui gonfle notre ventre. Cette capacité d’air supérieure à notre respiration classique va nous permettre d’avoir plus de souffle, de mettre plus de pression lorsque nous soufflons dans nos instruments, ce qui donnera un plus joli son ainsi un plus long et beau phrasé.

Êtes-vous musclé ?

Le plus simple pour vous rendre compte de cette action et de la force de votre diaphragme est de vous allonger et de vous détendre. Je vous avais dit que les exercices étaient faciles ! En position allongée notre ventre se gonfle naturellement. On peut alors se rendre compte de la respiration que nous devons obtenir. Pour ce qui est de la force, prenez un dictionnaire, ou tout autre livre imposant, et posez-le sur votre ventre. Sans forcer vous allez le voir se soulever. Et oui, vous êtes plus musclé que vous le pensiez !

Ensuite vous allez pouvoir vous rendre compte de cette force avec un exercice assis. Posez-vous au bord de votre chaise, bien droit, les jambes légèrement écartées et les pieds à plat sur le sol. Joignez les poignets et les coudes et penchez vous en avant en gardant le dos droit, jusqu’à être entre vos jambes. Vous sentez la force de votre respiration ? Vous sentez-vous soulever ?

Le but est de sentir le mouvement et la force qu’il dégage afin de pouvoir le reproduire.

Air chaud ou air froid ?

Lorsque nous jouons, on nous serine qu’il faut mettre de l’air chaud, avoir un son chaud. C’est bien tout ça, mais comment. Alors jouons encore un peu.

On a tous fait exprès de l’air chaud quand nous étions enfant ! Si, si, même vous ! Jamais on ne vous a dit d’arrêter de faire des dessins sur les fenêtres avec la buée ? Ah, vous voyez ! Mettez votre main devant votre bouche et voyez, faites un rond avec votre bouche et soufflez du fond de votre gorge. C’est chaud ? Gagné !

C’est cette sensation que vous devez retrouver en soufflant dans votre instrument. Si cela vous semble compliqué ; ne vous inquiétez pas, de l’habitude vient la facilité.

Jamais à bout de souffle

Maintenant le plus difficile, et sûrement aussi le plus long. Nous allons voir comment garder le souffle que nous sentions si facilement durant les exercices précédents.

Commencez debout, les mains autour de votre abdomen afin d’en sentir les mouvements. Penchez-vous à angle droit. Vous devez sentir la force de votre diaphragme. Prenez le temps de bien sentir vos mains pousser sur les côtés. Cela peut prendre plusieurs jours. Quand vraiment vous avez imprimé cette sensation au fond de vous, redressez-vous légèrement. Attendez d’avoir retrouvé la même sensation que précédemment pour vous redresser encore un peu, jusqu’à être revenu à la verticale. Cela doit devenir naturel, plus besoin d’y penser (vous n’aurez pas la possibilité de penser à tout en jouant).

Maintenant que vous savez respirer avec le ventre, il va falloir mettre de la pression.

Une bougie s’il vous plaît !

Non, personne ne va connaître votre âge avec cet exercice. Ceci est plus pour les gens désirant jouer d’un instrument à vent.

Afin d’avoir un beau son, il nous faut une pression suffisante et constante. Pour cela nous pouvons imaginer souffler sur une bougie pour en faire vaciller la flamme. Attention, il ne faut pas l’éteindre. Bien sûr vous pouvez rendre l’exercice plus vivant en allumant une vraie bougie, ce qui vous permettra de vous rendre compte de votre régularité.

 

Si vous souhaitez en savoir plus, que ce soit pour vous ou pour accompagner vos enfants, je vous conseille le livre : Traité méthodique de pédagogie instrumentale de Michel Ricquier, ainsi que son adaptation en bande dessiné : Je ne manque pas de souffle.

Et vous, comment avez-vous appris à souffler dans votre instrument ? Partagez avec nous vos techniques et astuces pour avoir une respiration en béton !

Musicalement

Exercices de respiration du musicien

MICHEL RICQUIER. – Traité méthodique de pédagogie instrumentale. – Paris, Éditions Billaudot, 1976. –  134 pages. – 9790043935278.

 

 

 

 

 

Exercices de respiration pour les jeunes musiciensMICHEL RIQUIER. – Je ne manque pas de souffle !. – Paris, Éditions Billaudot, 1991. – 33 pages. –  9790043049302.

Partager l'article
  •  
  •  
  • 3
  •  
    3
    Partages
  •  
    3
    Partages
  •  
  •  
  • 3
  •  

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *